"tab-title">"lang lang1 inline-block">Ésotérique / Ésotérisme

Le mot «ésotériQUE» vient du grec «esôtirokos», qui veut dire «aller vers l’intérieur», par opposition à «exoterikos», «vers l’extérieur». Déjà chez Aristote, dans les écoles de sagesse grecques, on retrouve ce mot. Il fait alors référence à l’enseignement donné aux disciples avancés, tandis que l’autre s’adresse à la foule. L’enseignement ésotérique est donc réservé aux initiés.

Est ésotérique une idée, un acte, une œuvre proposant une interprétation du monde, d’une part occulte, symbolique, d’autre part réservée à un nombre restreint d’initiés.

Le mot «ésotériSME», quant à lui, a été inventé beaucoup plus tard (en 1828). L’ésotérisme devient alors une réalité en soi. L’ésotérisme désigne un ensemble de mouvements et de doctrines relevant d’un enseignement élitiste caché, souvent accessible par l’intermédiaire d’une initiation.

L’enseignement ésotérique comporte toujours deux types de connaissance : la théorie et l’étude, ou encore : l’intériorisation et la pratique (par exemple méditation, invocations, magie, etc.

L’enseignement ésotérique s’assoit avant tout sur une cosmologie, une anthropologie ou une théosophie. Par cosmologie on entend, la connaissance des phénomènes et causes du monde: principe, loi, éléments, etc. Par anthropologie on entend étude de l’humain, de son origine, de son rôle dans le monde. Par théosophie on entend, la perception de la sagesse et du plan (sans doute divin, sacré) qui est derrière tout cela, le désir de participer à son achèvement.

Depuis on en a donné plusieurs définitions.

Nous pourrions résumer en observant les grandes caractéristiques qui la définissent :

  1. L’unification

L’ésotérisme tend vers l’unification de connaissances de toutes les traditions philosophiques et religieuses.

  1. L’âge d’or

 L’ésotérisme fait presque toujours référence à un âge d’or où l’être humain possédant une connaissance qui s’est ensuite perdue à travers les temps.

  1. Les correspondances

La doctrine affirme l’existence d’un lien entre toutes les parties de l’univers dans tous ses niveaux de réalité visibles et invisibles, de l’infiniment petit à l’infiniment grand.

  1. La symbolique

L’ésotérisme fait usage de symboles. Ces derniers peuvent être empruntés à la nature aussi bien qu’à la culture. La fonction du symbole dans l’ésotérisme est de signifier autre chose que le sens terre à terre, en montrant soit un sens profond, soit une représentation approximative d’une expérience spirituelle.

On peut citer comme symboles fréquemment utilisés dans diverses traditions ésotériques : le pentagramme ou hexagramme (empruntés à la géométrie), le nombre d’or aux vertus magiques et mystérieuses ou le nombre Pi, (empruntés aux mathématiques), mais aussi des animaux à fortes charges symboliques comme le serpent, la tortue, le crapaud ou le bouc, des fleurs puissamment évocatrices comme le Lotus ou la Rose.

  1. La nature

 L’Ésotérisme considère la Nature comme un grand organisme vivant que parcourt une énergie spirituelle, une énergie vitale, qui lui donne sa beauté, son unité et sa vie. Elle considère que nous faisons partie d’un tout et que nous ne sommes pas séparés de la nature.

 

Aujourd’hui encore l’Ésotérisme ne s’apprend pas, il s’expérimente dans la vie de chacun à travers divers chemins : médecines alternatives (Reiki, magnétiseur, acupuncture, naturopathie, homéopathie, etc.), pouvoir des pierres (lithothérapie), pouvoir des huiles essentielles (aromathérapie), méditation, voyance, rêves, voyage astral, paranormal, objets symboliques , géométrie sacrée, etc.